Cheveux: Histoire et passage au naturel

Le titre peut paraître étrange, et pourtant, vous verrez, il a du sens. En quoi peut-on regrouper l'histoire et la beauté dans un même article ? Eh bien contre toute attente les deux sont liés, et bien plus que l'on puisse l'imaginer. Dans l'histoire, nos cheveux, nos méthodes de coiffures et nos soins beauté sont passés par beaucoup de mode et techniques différentes.

Et par cet article j'avais envie de mettre en lumière la libération de la femme, qui a réussi à sortir de ce que la société lui imposait comme norme. Mais aussi comment de plus en plus de femmes en sont venu à passer au naturel pour leurs routines capillaires et les merveilleux bienfaits.
 
 

Les cheveux au cours de l'histoire

Les cheveux ont toujours joué un rôle essentiel dans la beauté, de nos jours, comme au fil de l'histoireVéritables indicateurs de classe sociale ou de féminité, ils signifiaient bien plus qu'une coquetterie. Voyons un peu plus en détails l'importance d'avoir de beaux cheveux par le passé et jusqu'à aujourd'hui encore.
 

L'Égypte antique

Pour commencer, parlons de l'Égypte antique. Les riches Égyptiennes ornaient souvent leur chevelure de perles, de peignes précieux, de fleurs et mêmes de baies. Par là on peut constater l'importance d'impressionner la société par cette chevelure extravagante et soignée.

 
 

La Grèce antique

En Grèce antique, pour se différencier des peuples migrateurs du Nord, tout le monde frisait ses cheveuxLes femmes des classes aisées avaient souvent des coiffures longues et compliquées à réaliser, à base de boucles et de multiples tresses. Plus la coiffure était complexe, plus la femme était de haut rang.
 


L'empire romain

Sous l’Empire romain, la coiffure des dames était un véritable marqueur social également. Les cheveux étaient bouclés et portés sur les épaules où étaient tressés et remontés en chignon. Des rajouts étaient utilisés pour ajouter du volume et de la longueur aux cheveux, et des perles ou des peignes recouverts de pierres précieuses agrémentaient souvent les œuvres capillaires.

Les Romaines de la haute société ne se coiffaient pas toutes seules : une (ou plusieurs) femme(s) de chambre s’occupai(en)t quotidiennement de la mise en forme de leurs cheveux. Celles qui n’avaient pas de femme de chambre pouvaient réserver les services d’un coiffeur à domicile pour les apparitions publiques importantes.
 


En Inde, les femmes portaient souvent leurs cheveux sur les épaules et les retenaient par des diadèmes et des bandeaux incrustés de pierres précieuses. Lorsqu’elles les attachaient, c’était en chignon bas sur la nuque. 

Et qu'en est-il du Moyen Âge ?

Au début du Moyen-Âge, les rois et reines mérovingiens portaient les cheveux longs et lâchés. Les longues tresses agrémentées de rubans étaient aussi très à la mode. Au XIᵉ siècle, la période étant très influencée par le catholicisme, les femmes portaient un voile qui leur couvrait le cou, les oreilles ainsi qu’une partie des cheveux. Le touret, sorte de cylindre qui entoure la tête, était très populaire, tout comme le hennin (le fameux chapeau pointu) et le hennin à cornes.
 
 

Mais quel est le point commun ?

Le point commun entre tous qui est vraiment frappant, est de voir toutes ces femmes de haut rang rechercher à être toujours plus sophistiquées et la plus éblouissante possible. Et peu importe les grandes différences d'époques et d'ethnie, cela a toujours perduré. La femme est semblable à une belle vitrine, on lui l'on met le paquet lorsqu'elle apparaît en publique, car l'importance d'être belle est ce qu'il y à de plus important concernant la gent féminine.

La mentalité est restée de nombreux siècles bloqués sur cette vision de la femme. Sans mettre en valeur l'intelligence les capacités féminines.
 
 

La mentalité a changé

Eh bien heureusement les mentalités ont évolué depuis et la femme est loin d'être un beau tableau à exposer. Elle se veut libre et indépendante. Et ceci se constate aussi bien par le style vestimentaire que la coiffure, depuis déjà quelques décennies. Sans parler de la femme libre dans le domaine professionnel.
 

La femme s'aime telle qu'elle est

Mais la chose toute nouvelle qui se répand de plus en plus, c'est l'acceptation de la femme par elle-même qui ne recherche plus la validation masculine. La femme qui accepte sa propre nature de cheveux, et qui arrête d'essayer d'être attrayante pour l'homme avec ces multitudes de procédés chimique qui visent à dénaturer sa couleur naturelle ainsi que texture de cheveux.
Être simplement belle et bien dans sa peau en étant soi-même, sans aucun artifice, être authentique. Et d'ailleurs cette révolution dans l'esthétique féminine est assez surprenante, car elle est à l'opposé de la société actuelle qui vit dans l'illusion, le filtre et la chirurgie au moindre défaut.
 
 

Deux opposés dans une même société


Mais comment se fait-il que deux grands opposés tels que l'acceptation et la recherche de perfection se font face dans la même génération ? Eh bien de nombreuses femmes commencent à crier haut et fort face à cette aberration.

Non, la femme n'est pas parfaite et l'imperfection donne même naissance à la beauté propre à chaque personne. Non à la norme de beauté qui impose à toutes un physique unique comme synonyme de beauté.
 
Non à la chirurgie pour sembler "parfaite" et oui à la beauté reçue par la nature et la génétique. Nous n'avons pas le même corps, ni les mêmes attributs physiques, tout comme nos cheveux. Oui parce qu'ici on parlait cheveux hein (dit-elle après s'être éparpillée dans deux sujets différents tout de même). Mais Quelles que soient nos différences, chacune est belle à sa manière.
 

La femme libérée

Vraiment, on le constate de plus en plus la femme est libre de son apparence, il n'y a plus de norme en matière de beauté et le style que nous voulons avoir n'est plus dirigé par une mode bien précise. Voyons en quoi dans le domaine capillaire il en est de même.

Être juste soi-même, prendre soin de soi

Nos cheveux sont tous différents, grâce à leur texture, leur épaisseur, leur couleur et par les coupes que nous portons. Et bien qu'il soit beau de pouvoir en changer grâce aux procédés chimiques variés, nos cheveux ne semblent pas le supporter, car ils ne sont pas faits pour supporter autant de produits fragilisant.

Je l'avoue avoir un merveilleux blond polaire telle une star de cinéma, c'est merveilleux ! Mais est-ce que les cheveux apprécient ? Les miens ne boudent rien qu'à l'idée d'y penser tellement que l'expérience leur a fait perdre vie plus d'une fois... Et si vos cheveux tiennent le choc, c'est que vous avez une masse incroyable ! (Je vous envie là).
 
 J'ai compris il y a peu que la beauté artificielle m'enlevait de mon charme, et que mes "vrais" cheveux collais le mieux à mon apparence, et beaucoup ont pensé la même chose de leur propre apparence en arrêtait les couleurs chimiques et décolorations. (Bien entendu, je ne fais pas la une généralité de tout le monde, mais je parle de mon ressenti et point de vue au sujet de la beauté, soyons tous libres de penser et d'agir !)

Mais clairement j'ai vu mes cheveux casser au passage de la brosse, cheveux tellement secs et fins semblables à de la paille (le blond avec des cheveux secs, c'est très crédible en botte de foin).
 

Le drame capillaire

J'ai été confrontée à un drame, je dirais même LE drame. Mes cheveux étant tellement fichus j'ai dû donner un grand coup de ciseaux.

Et j'ai eu les larmes aux yeux de devoir couper plus de 30 centimètres mes bébés chéris tellement qu'ils étaient irrécupérables. (Oui très sentimentale avec mes cheveux, je l'avoue). Mais les décolorations répétées ça ne pardonne pas, et ça je l'ai bien remarqué... Tous les trois mois, tel un jour de fête j'étais excitée à l'idée d'aller faire cramer les racines à coups de crème décolorante, et de ressortir avec des cheveux clairs et d'une texture proche d'un chewing-gum.
J'avais clairement les cheveux de différentes tailles vu qu'ils cassaient à différents niveaux. À ce moment-là (précisons qu'il m'aura fallu un an pour regarder en face que ça n'allait pas tout de même) j'ai vu le massacre et je me suis dit qu'il fallait agir, et tout de suite parce que mes cheveux étaient vraiment horribles!
 

Ma grosse erreur

Mais comment en arrive-t-on à des cheveux comme ça ? Eh bien la chose que je n'ai pas dite, c'est que j'avais arrêté les produits capillaires conventionnels contenant des silicones, sulfates et parabènes. Je pensais que ça suffirait à avoir de beaux cheveux malgré les décolorations répétées (Olala! L'ignorante que j'étais !) Et donc les dégâts ont été encore plus importants que si j'avais continué les produits riches en silicones.
 
(Non mais je rêve ! Elle recommence comme l'article précédent à nous vanter les bienfaits des produits qu'elle dit détester ! Elle n'est pas normale celle-là !)

Non non et non ! Je ne vante pas ce genre de produits, surtout après avoir longuement lutté contre les pellicules et démangeaisons du cuir chevelu. Mais si je devais conseiller juste une chose, c'est de ne pas passer aux produits sans silicones si le but est de continuer les décolorations chimiques. Car le cheveu qui se trouvera nu de ce colmateur de brèches, ne supporta pas l'expérience et vous finirez comme moi, avec une botte de foin sur la tête et il est vrai que ce n'est pas tellement glamour !

Le faux-ami silicone

Le silicone est en fait une cache misère, il vous cache l'état réel de vos cheveux. On pourrait même en faire à article à lui seul tellement le sujet est long à ce sujet. Le silicone est en fait une pellicule très fine qui, à la manière d’une huile, se fixe sur le cheveu et le gaine d’une couche protectrice. Mais dans ce cas s'il agit tel une "protection" c'est un allié, non ?
 
Eh bien non ! C'est même tout l'inverse, car le silicone sur le coup, bouche les brèches et camoufle les fourches et cheveux cassants, ce qui peut paraître avantageux. Car d'un coup, après un shampoing "réparateur" et un soin pour "cheveux abimés" ils sont brillants, doux et épais en apparence. Mais justement, c'est une apparence et c'est vraiment loin de la réalité.
 
Le problème est qu'il finit par étouffer le cheveu. Et donnera des cheveux encore plus secs et cassants qu'au départ. Et d'ailleurs, il faut qu'on se le dise, quand un cheveu est cassé il ne se répare pas. Le mythe du cheveu réparable est faux ! Alors si un produit vous vend du rêve, c'est-ce que ça l'est, c'est juste un rêve et non une réalité. Et la seule solution pour récupérer des cheveux sains et en bonne santé lorsqu'ils sont abimés commencera souvent par une coupe pour repartir sur une base saine.
 


Voulez-vous tout changer ?

Avez-vous les cheveux abîmés ? En avez-vous marre de les voir casser et difficiles à coiffer ? Vos cheveux sont-ils difficiles à coiffer ou gonflent-ils facilement ?

Si vous avez répondu oui à l'une ou toutes ces questions (parce que malheureusement je ne suis pas la seule à avoir eu les trois...) c'est que le naturel vous attend ! Avez-vous envie d'essayer quelque chose de mieux ? En avez-vous marre des prix exorbitants chez le coiffeur ?

Eh bien laissez-moi vous guider dans la transition capillaire, car ça nécessite un petit coup de main parfois pour mieux cerner le problème et la solution à envisager. Ça ne sera pas simple si vos cheveux sont vraiment abîmés, mais ça en vaut vraiment le coup !

Personnellement je ne retournerais pas aux produits conventionnels riches en silicones, sulfates, parabènes et autre cochonneries masquées. Cela a été long, mais la qualité de mes cheveux est dingue !

J'ai retrouvé ma masse épaisse et mes ondulations ! Je peux désormais me coiffer sans avoir besoin de me lisser les cheveux, et au passage de me les détruire sous la chaleur. (Avec le lisseur, on parle souvent d'une température plus élevée que pour une tarte au four quand même, vous vous doutez bien que ça a des effets à force) Et puis je me rends compte des nombreux bienfaits, la qualité des cheveux, le coût en moins chez le coiffeur, le temps que je gagne à me coiffer sans chaleur. Je suis vraiment satisfaite de laisser la vraie "moi" ressortir, mes vrais cheveux tout doux et brillants !
 


Et vous, vous attendez quoi pour essayer ?

Rendez-vous au prochain article où je parlerais transition capillaire et comment faire le passage au naturel. J'ai hâte de vous partager mon expérience et mes conseils, à très vite !